Contact

Phone:+221779535471
Mobile:+221773232249
Autres

SENEGAL: Le Teqball monte en puissance

Arrivé au Sénégal en 2019, le Teqball, malgré son impopularité par rapport aux autres disciplines sportives comme le Football et la lutte, est en train de prendre son envol. Pour ceux qui portent ce sport, l’objectif est d’asseoir une fédération digne de ce nom, de participer aux prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2026 prévue à Dakar et par ricochet promouvoir cette discipline en Afrique.

Il n’est pas très pratiqué au Sénégal. Pour autant, le Teqball fait son petit bonhomme de chemin au pays de la Téranga. C’est un nouveau sport mixant le football et le tennis de table. Il se pratique sur une table incurvée qu’on appelle Teqboard ; et dans un espace de 12 à 16 mètres en plein air et de 7 mètres de hauteur si c’est en salle fermée. Ce jeu est très technique et réglementé. Pour le pratiquer, le joueur doit renvoyer la balle à l’adversaire sans la toucher plus de trois fois. Le joueur n’est pas autorisé à toucher le ballon avec la même partie du corps deux fois de suite. Il est interdit aussi de toucher l’adversaire ou l’équipement. Les matchs se déroulent soit en single (un contre un) soit en double (deux contre deux). Si on joue en double, il doit y avoir une passe entre les deux joueurs de la même équipe mais le nombre de touchés du ballon ne doit pas s’élever à plus de trois.

 

Ce sport très spectaculaire fait face cependant à un manque criard de moyens et un faible soutien étatique et populaire. «La discipline se développe à pas de caméléon. Rien que les tables, indispensables à la pratique du Teqball, coûtent très chers», laisse entendre le vice-président, chargé du développement du Teqball sénégalais. Selon Modou Guèye, une table de Teqball coûte 1500 € pièce soit plus de 900 mille francs CFA. Et si ce sport arrive aujourd’hui à être pratiqué dans de nombreuses localités ; c’est grâce à la fédération internationale de Teqball (FITEQ) qui a alloué une soixantaine de tables aux clubs affiliés qui, autrement, ne pourraient pas les acquérir.

 

Une cinquantaine de clubs affiliés

Pour mémoire, ce n’est que très récemment (en 2019), que le Teqball a percé les frontières sénégalaises. Ainsi, participant la même année à l’African Beach de Teqball qui s’est déroulé au Cap-Vert, le Sénégal s’est emparé d’une médaille de bronze. Un sacre honorifique pour une première participation. C’est pourquoi, les férus de ce sport travaillent d’arrache-pied pour vulgariser la discipline sous nos cieux. Aujourd’hui, il y a une cinquantaine de clubs affiliés, régulièrement inscrits et répartis dans 10 régions du Sénégal. « Cela montre tout simplement que le Teqball est en train de gagner une place importante au niveau national», se félicite Modou Guèye.

Ne comptant pas s’arrêter en si bon chemin, les responsables du Teqball sénégalais misent sur l’organisation de championnats réguliers pour vulgariser davantage la discipline et attirer l’attention du public. Il s’agit de planter le Teqball dans l’imaginaire collectif sénégalais au même titre que le Football et la lutte, deux sports très populaires au Sénégal. De nombreuses compétitions ont été organisées jusque-là par l’équipe dirigeante du Teqball sénégalais. Et la dernière en date,  c’est la « National challenger» qui s’est tenue entre décembre 2020 et février 2021. Au final, le vainqueur a été désigné pour représenter le Sénégal au prochain championnat du monde de Teqball prévu en décembre 2021.

Au niveau national, il y a des compétitions qui ont été organisées notamment la deuxième édition du « Teq Sen talent » qui permet de détecter les meilleurs « Tequeurs » non encore répertoriés dans les clubs. Le Sénégal compte fermement jouer un rôle majeur dans ce sport et se positionner dans la hiérarchie mondiale, à l’occasion des futures compétitions internationales. Aussi, les responsables du Teqball sénégalais ont en ligne de mire les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui vont se dérouler au Sénégal en 2026. «On espère d’ici là que le Teqball deviendra une discipline olympique et que le Sénégal sera dignement représenté», s’enthousiasme à l’avance le vice-président chargé du développement du Teqball sénégalais.

Vivement une fédération !

Officiellement, il n’y a pas de fédération nationale de Teqball. C’est pourquoi, afin d’exister comme une discipline respectée et d’occuper une place de choix dans le développement du sport sénégalais, Modou Guèye et ses amis mènent un travail de titan pour enclencher ce long processus. Des directives ont été données par le ministre des Sports Matar Ba pour mettre en place un comité qui, à terme, aura un statut de fédération, renseigne Monsieur Gueye. Malheureusement, se lamente-t-il, à cause du coronavirus et son lot de dégâts, la procédure a connu un retard considérable. «Nous espérons que, suite  la visite de la délégation de la FITEQ qui a eu à rencontrer en avril dernier le Ministre des sports et le Secrétaire général du comité national olympique sénégalais, la situation va se décanter. Et que le Teqball serait régi par une fédération digne de ce nom afin de bénéficier de tous les privilèges dont jouissent les autres sports », a conclu le Vice-président, chargé du développement du Teqball sénégalais.

Amadou LY

Laisser un commentaire